Autonomie alimentaire

+++  » AUTONOMIE ALIMENTAIRE  » +++

Résumé atelier du 19 avril sur le groupe Facebook « Collectif Citoyens – 974 – Evènements » : https://www.facebook.com/groups/155977188330312/
Voici le Résumé de l’atelier du dimanche 19 avril 2020 (sa va être long, plus de 150 commentaires pris en compte, et sa à continuer après jusque plus de 300) Les commentaires originaux d’où est extrait ce résumé sont dans le groupe « Collectif Citoyens – 974 – Alon Kozé » pour info …


1 / Participants (Bravo à eux👏) : Pkp Maat, Marie Céline, Marie Ka, Jean François Hoareau, Anonbouzansamb Gérémy Tilin, Eric Chane Po Lime, Jocelyne Caline Hoarau, Dolly Froberville, Cerizette Lauret, Isabelle Payet, Marie-Claude Narayanin ( + modérateur Frédéric Amany).


2 /LES MOYENS :Principalement disposer de foncier :

  • Contribution des agriculteurs à l’autonomie.
  • Les terrains du domaine publique
  • Les espaces privés sous mode volontariat
  • Les espaces collectifs privés (cours des immeubles)

3 /LES RESSOURCES HUMAINES :

Nos agriculteurs. Nos anciens. Les peuples extérieurs. Des agriculteurs volontaires. Des citoyens volontaires. La population (la société, les communs). Les élus (nos représentants, ceux qui prennent les décisions pour la société).

4/ LES RESSOURCES AUTRES :

La connaissance. La confiance. Les semences non hybrides pour la pérennité et sa filière de reproduction. Les techniques de productions variées. La monnaie alternative auto-créatrice

5/ LES RÉFLEXIONS

La nécessité d’anticiper pour éviter la crise, la violence, la faim. Partir des besoins de la population, des surfaces disponibles, et des capacités de productions

Dépasser la petite échelle, pour passer à grande échelle => Orientation systémique. Notre territoire est suffisamment généreux pour nous permettre l’autonomie alimentaire. Veiller à respecter les étapes avec le temps nécessaires à parfaire chacune d’elle. L’activité doit préserver la biodiversité et l’environnement. La demande crée l’offre. Des systèmes à taille humaine. Utiliser le paysage, de manière utile, planté pou manzé. Veiller aux choix des cultures pour une alimentation complète et diversifié, incluant la transformation et excluant le gaspillage. Faire en sorte que les agriculteurs n’en sortent pas perdant. Veiller à une régulation des prix (peut être par l’absence de monopole). Accompagner les plus fragiles (producteurs et consommateurs) victimes de l’ancien système. La politique (dans le sens : de la société, les communs) doivent pourvoir aux moyens manquant.

Changement des habitudes sociétales ? Lesquels ? Comment ?

6/ LES QUESTIONS ESSENTIELLES :

Quelles sont les besoins de la populations, les surfaces nécessaires pour les satisfaire?

  • Comment produire plus et mieux ?
  • Comment distribuer et vendre à l’avantage de tous ?
  • Comment traiter l’absence de production de riz ?
  • Est’il nécessaire de changer les mentalités des réunionnais ?

Comment, trouver la parade, sans le nier, des règles du marchés actuels des productions agricoles, (dans l’OMC et l’ambiance libérale actuelle) qui affaiblit par la mise en concurrence entre eux, les agriculteurs d’un même territoire et aussi de territoires différents ?

7/ LES ACTIONS NÉCESSAIRES :

a) Préparer les étapes de la transformation sociétales (en matière de productions agricoles et de circuits d’approvisionnement).

b) Structurer le ou les plan(s) d’actions, structurer les équipes d’acteurs.

c) Evaluer les besoins de la population

d )Evaluer les surfaces disponibles

e) Evaluer Les capacités de productions

f ) Recenser les terrains à l’abandon, en friche. Qui i fait ?

g) Sensibiliser les agriculteurs sur un grand plan de résilience (définir grand plan de résilience et définir l’ action « sensibiliser »)

h ) Répertorier les connaissances, les expériences et les savoir faire. Qui ? Selon quelles méthodes , Comment ? Stocker où ?

i) Mettre l’agriculture dans tout les quartiers ? Qui ? Quel plan d’action pour y parvenir ?

j )Apprendre à cultiver : où ? comment ?

k ) Expérimenter : quoi ? Où ?

l) Donner confiance : à qui ? Comment ?

m) Communiquer sur les intentions. De qui ? Lesquels ? Comment ?

n) Communiquer sur nos produits, leurs qualités et leurs spécificités ?

o) Encourager les agriculteurs

p) Passer à la monnaie alternative auto-créatrice qu’est la June G1. Pourquoi ?

8/ LA COHÉRENCE ENTRE TOUT CELA :

*Avoir une vision globale : Au delà d’une mutation de l’agriculture, il y a la nécessité d’une mutation de la société dans le fonctionnement de plusieurs de ses compartiments. *Prendre en compte de là ou nous démarrons, notamment pour accompagner les plus fragiles (producteurs et consommateurs) victimes de l’ancien système. Comment ?*Nécessité d’un travail partenariale, entre les agriculteurs qui plantent , les citoyens qui plantent et aide à planter (où?), et les élus qui soutiennent ces plantations. Comment ? Par la mise à disposition des moyens manquant en puisant dans les ressources communes.

* La redistribution des bénéfices doit être équilibré (entre qui ?)

*Il est nécessaire d’avoir des lobbyings citoyens communales capable d’imposer son influence.

NB : Toute la partie, les mentions, type d’agriculture (dont bio, permaculture etc ..) sera plutôt basculé et discuté dans le FONDAMENTALE : SANTE. Pour éviter les conversations à multiple variable … Et c’est plutôt un paramètre fondamentale de santé.Whaou ! BRAVO👏 et Merci aux participants 🙏.